Piercing Nez

Tout savoir sur les piercings au nez !

Comme beaucoup d'autres choses dans la vie, la culture du piercing est sans aucun doute devenue plus courante grâce à Internet, à la mondialisation et à la possibilité d'entrer en contact avec des personnes du monde entier. Bien que très répandu dans la société actuelle, le piercing au nez est une pratique traditionnelle de longue date qui remonte à des milliers d'années et qui s'étend sur de nombreux continents.

La preuve la plus ancienne de perçage au nez remonte à il y a environ 4 000 ans au Moyen-Orient. Dérivée de l'interprétation de l'histoire du livre de la Genèse, la pratique d'un marié offrant à sa femme un précieux anneau en or pour le nez, a été transmise depuis l'Antiquité par les tribus berbères et Beja d'Afrique et les tribus bédouines du Moyen-Orient. La valeur et la taille de l'anneau de nez indiquaient la richesse, le statut et la classe d'une famille. Utilisés comme une police d'assurance littérale, ces anneaux de nez procureraient également un sentiment de sécurité aux futures mariées, qui pourraient vendre leurs précieux bijoux en cas de décès ou de divorce avec leur mari.

Certains spéculent que la tradition a par la suite voyagée en Inde avec l'arrivée des Moghols d'Asie centrale au 16ème siècle. Depuis lors, le perçage des narines est devenu populaire auprès des filles et des femmes indiennes. Témoignage de la riche variété des traditions joaillières à travers l'Inde, les bijoux pour le nez se présentent sous de multiples formes. Les États du nord, de l'ouest et du centre de l'Inde favorisent le perçage de la narine gauche tandis que ceux du sud de l'Inde préfèrent la droite. Certaines cultures optent pour les deux narines, tandis que d'autres en ajoutent un troisième sous la forme d'un piercing au septum. Associé à la beauté et au statut social, avoir la narine percée est aussi une manière de rendre hommage à Parvathi, la déesse mère hindoue qui est souvent représentée avec un anneau sur la narine.

Après des milliers d'années de pratique active au sein des civilisations du Moyen-Orient et d'Afrique, le premier repérage largement répandu d'un piercing au nez dans le monde occidental remonte à 1913, lorsque la chanteuse française Emilie Marie Bouchaud dit "Polaire" a été vu avec un piercing à la narine gauche lors d'une tournée au États-Unis. Cependant, ce n'est qu'à partir des années 1960 avec l'apparition du mouvement hippie que les piercings au nez sont devenus plus populaires aux États-Unis. De nombreux hippies ont visités l'Inde, considéré comme riche d'un symbolisme culturel en accord avec les valeurs des hippies, et ont adaptés cette coutume à leur retour aux États-Unis. Dans les années 1970 et 1980, alors que les États-Unis devenaient de plus en plus conservateurs, en réaction directe au mouvement hippie, les piercings au nez sont devenus de plus en plus tabous. À une époque qui valorisait la conformité et les vues traditionnelles, les piercings au nez sont devenus le symbole de la rébellion. Largement répandus sur la scène musicale, popularisés par la musique gothique et punk qui prévalait au sein de la contre-culture.

Aujourd'hui, alors que certaines communautés de la société occidentale s'accrochent à leur aversion traditionnelle pour les piercings au nez, ceux-ci sont devenus des articles de mode assez populaires. Les célébrités et les personnalités ont normalisé le piercing au nez. Le port d'un anneau nasal n'est plus aussi strictement lié à la culture rebelle et est même de plus en plus accepté sur le lieu de travail. Si les piercings au nez sont devenus plus conventionnels à l'ère moderne, il existe encore des environnements professionnels ou d'entreprise qui interdisent l'art corporel ou les modifications de toute sorte. Cependant, au cours des 50 dernières années, les anneaux de nez sont passés d'une modification corporelle stigmatisée à un accessoire de mode courant. Si cette tendance se poursuit, les piercings nasaux devraient devenir aussi courants que les piercings d'oreille.

Signification du piercing au nez

De nos jours, les piercings au nez sont à la mode en raison des tendances des médias sociaux. Ils sont souvent considérés comme des articles de mode avec une signification historique minimale. Néanmoins, dans certains cas, ils peuvent encore avoir un fort symbolisme religieux ou sociologique pour certaines cultures.

Chez les tribus Beja et Berbères d'Afrique du Nord, ils symbolisent la richesse et l'abondance de la famille. Plus l'anneau de nez est grand, plus la famille est respectée. Le jour du mariage, un homme berbère offre à sa future épouse un anneau pour le nez, signe qu'il peut prendre soin d'elle et de sa famille. La femme porte ce bijou en signe de respect pour la famille dans laquelle elle s'est mariée.

Les familles hindoues traditionnelles font percer le nez de la jeune fille lorsqu'elle a environ 12 ans et est considérée comme prête à se marier. Le jour du mariage, les femmes de la famille mettent un anneau sur le nez de la mariée. Il a souvent des ornements avec des perles, des oiseaux dorés ou argentés, des fleurs et des poissons. De cette façon, ils soulignent sa beauté. Les connaisseurs de la médecine traditionnelle chinoise croient que la narine gauche est liée à l'énergie féminine, tandis que le côté droit du nez symbolise l'énergie masculine. Pour cette raison, les filles portent un anneau à la narine gauche pour soulager leurs crampes menstruelles et autres maux féminins. L'Ayurveda, la médecine alternative indienne, soutient également ce point de vue. Selon cet enseignement, le côté gauche du nez de la femme est associé aux organes reproducteurs et affecte la fertilité. Par conséquent, de nombreuses femmes mariées en Inde portent un anneau dans le nez tout le temps, croyant en son effet curatif.

Tout au long de l'histoire, les membres de nombreuses tribus ont préférés l'anneau du septum au lieu du piercing à la narine. Ceux-ci comprenaient des tribus amérindiennes, tibétaines, népalaises, bengales et autres. Dans la plupart des cas, le perçage du septum était un rituel qui avait une forte signification symbolique. Les garçons de la tribu des Asmat de Nouvelle-Guinée se faisaient percer le septum avant leur premier raid de chasseurs de têtes. Ce rituel signifiait leur âge adulte et les désignait comme des hommes mûrs. Dans d'autres tribus, l'anneau nasal était le bijou que la future mariée apportait en dot. Le père de la mariée lui perçait le nez pour montrer sa richesse. C'était également un symbole de courage, de fertilité et d'intelligence.

Aujourd'hui, dans la société moderne le piercing au nez est une question de choix personnel, de style et de préférences. La symbolique mythologique et religieuse des piercings au nez ont presque totalement disparus. Il n'y a plus de règles pour percer le septum, la narine gauche ou droite. De plus, les femmes et les hommes les portent, qu'ils soient adolescents ou adultes.

Les différentes types de piercings nez